Aménagement de jardin : bien définir les zones

Aménagement de jardin : bien définir les zones

Pour ne parler que du cas de la France, on estime que près de la moitié des français possèdent un jardin (source Planetoscope), avec une superficie moyenne de 500 m2, ce qui est loin d’être négligeable ! Une surface comme celle-ci, si elle est bien pensée, offre un grand nombre de possibilités et permet de disposer de plusieurs espaces dans un même jardin. Bien réfléchir à l’aménagement d’un jardin est donc une étape essentielle lorsque l’on possède un espace extérieur. Pour y parvenir, il convient de respecter quelques règles de base et de se poser les bonnes questions. Le Hérisson vous aide à y voir plus clair !

Quelles sont les différentes zones d’un jardin ?

Selon sa taille et vos envies, un jardin sera composé d’environ 5 à n espaces différents. A minima, vous y souhaiterez probablement :

  • des espaces de circulation / allées,
  • un coin repas
  • des haies
  • des massifs
  • de la pelouse.

A celles-ci pourront s’ajouter par exemple :

  • un espace pour les enfants (pelouse, aire de jeux…)
  • un abri de jardin
  • un potager / un verger
  • un bassin / une mare
  • un emplacement pour des véhicules (moto, voiture…)
  • une piscine / un spa.

Chacune de ces zones a un rôle bien précis (utilitaire, plaisir…), doit être placée au bon endroit et doit avoir des dimensions bien réfléchies en amont.

Pourquoi définir des espaces au jardin ?

Un jardin n’a pas uniquement une vocation esthétique et, bien que la tendance s’inverse clairement, n’a plus autant qu’autrefois une fonction nourricière. C’est avant tout un lieu de vie, tout comme un salon ou une cuisine.

Chacune des zones évoquée plus haut devra tenir compte de plusieurs critères et répondre à diverses exigences qu’elles soient réglementaires, fonctionnelles ou bien, ce qui est également un élément déterminant, financières… Voici quelques-uns des points à prendre en compte pour les placer correctement :

  • l’exposition : par exemple un coin repas exposé plein sud aura besoin d’être ombragé si vous souhaitez en profiter durant les mois les plus chauds. A l’inverse s’il est au nord, vous risquez de ne pas pouvoir en profiter à la mi-saison ! De même, s’agissant d’une aire de jeux pour vos enfants : vaut-il mieux la placer en plein soleil ou à l’ombre d’un arbre ?
  • la praticité, la fonctionnalité : les différents espaces doivent se répondre : on préférera planter un arbuste au bord d’une terrasse ou en pourtour de jardin plutôt qu’au milieu d’une pelouse. Concernant les allées, respectez les endroits de passage spontanés et “naturels” : au bout de quelques mois vous vous apercevrez en effet que vous passez toujours au même endroit : respectez ces habitudes et votre jardin n’en sera que plus praticable ;
  • les dimensions, les proportions : une allée ne fera pas la même largeur si elle doit accueillir le passage d’une personne seule, de deux personnes côte-à-côte, d’une brouette ou encore d’une remorque ! Une terrasse doit pouvoir accueillir un certain nombre de convives et vous permettre néanmoins de circuler autour de la table. Dernier exemple : pour une pelouse, qu’il vous faudra tondre, pensez bien au passage de la tondeuse, qui doit pouvoir y circuler facilement (largeur, accessibilité en bordure de massifs ou autour des arbustes, etc.) ;
  • la nature du sol : en fonction de votre région, de l’histoire des lieux, de la récence des travaux (présence possible de remblais)… tous les sols ne sont pas composés des mêmes éléments dans les mêmes proportions : a priori peu voire pas d’impact pour une créer une terrasse, mais pour un massif de terre de bruyère en revanche, il vous faudra tenir compte du pH de votre sol (est-il plutôt acide, calcaire ou neutre ?)
  • les infrastructures en place : la présence de canalisations ou la proximité des fondations par exemple empêcheront la plantation d’un arbre, dont les racines risqueraient à terme d’endommager les installations.

Comment définir et placer ces espaces ?

Maintenant que vous y voyez plus clair, passons à la pratique 🙂

Commencez par repérer les points cardinaux (tous les smartphones peuvent disposer d’une application boussole à télécharger pour l’occasion), ce qui vous aidera à placer les espaces en fonction de l’ensoleillement (coin repas, potager…)

Repérez les zones d’ombre (utiles peut-être pour un coin détente, placer un banc…)

La maison est bien entendu un point de départ, les ouvertures notamment. Vous ferez inévitablement des aller-retours entre votre cuisine intérieure et le coin repas ; inutile de multiplier les kilomètres en plaçant la terrasse à l’autre bout du jardin !

Selon la taille du terrain à aménager et vos compétences (tout le monde n’a pas d’affinités avec le dessin ou les logiciels de CAO), optez pour un plan sur papier, même grossier, ou un tracé direct en place (à l’aide de cordeaux, en déposant de la farine au sol…). Cela vous aidera à répartir et équilibrer correctement les espaces. Et même si vous faites un plan à l’échelle, délimitez les zones au sol moment de la création : vous vous apercevrez peut-être d’erreurs parfois difficiles à rattraper.

Enfin sachez qu’il vaut mieux vivre quelques mois dans la maison avant de se lancer dans l’aménagement complet d’un jardin, idéalement un an pour observer toutes les saisons et notamment l’ensoleillement des diverses zones. Vous allez en outre y prendre des habitudes, développer des envies, observer… qui auront une influence considérable sur l’aménagement, l’importance et la répartition des zones.

2 thoughts on “Aménagement de jardin : bien définir les zones

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.