Concevoir son jardin : quelques questions avant de se lancer

Les questions à se poser avant de se lancer dans la conception de son jardin

Selon la nature de votre terrain, l’objectif de votre projet, le temps disponible, votre budget… les voies à emprunter pourront être radicalement différentes en ce qui concerne l’aménagement de votre jardin. Le Hérisson vous livre quelques unes des questions préalables et vous explique en quoi chacune d’elle mérite d’être posée.

Quelle est l’origine du projet ?

Venez-vous d’acheter une maison neuve ou de faire construire ? Il y a donc fort à parier que le terrain est encore nu et que, les engins de chantier venant juste de le quitter, la terre soit extrêmement tassée. D’ailleurs dans la plupart des cas, plutôt que de “terre”, il sera question de remblai (voire de gravas). Ce sera une composante importante lors de l’aménagement car il faudra rendre le sol cultivable et l’enrichir en matière organique : soit d’un seul coup en y incorporant du terreau notamment (budget conséquent à prévoir), soit petit à petit, à la plantation, à force de soins et à renfort de broyats, sable, paillis, amendements…

Vous aménagez le contour d’une piscine ? En dehors du jardin, il vous faudra pouvoir y accéder depuis votre maison et faire le tour les pieds au sec et au propre, pouvoir ajouter des transats… Ici il sera donc question de petite maçonnerie et, si vous n’êtes pas bon bricoleur, les services d’un professionnel représenteront aussi un coût certain. Évitez aussi les arbres à feuillage caduc aux abords de la piscine, au risque de devoir ramasser très régulièrement les feuilles à la surface de l’eau… Et si votre piscine n’est pas encore réalisée, jetez un œil du côté des piscines naturelles 😉

Vous avez déjà un jardin mais il vous demande trop d’entretien ? Petite parenthèse à ce sujet : oubliez les promesses de jardin sans entretien, car cela n’existe pas. On peut en revanche s’en approcher fortement grâce à quelques astuces 🙂

  • Pailler le sol avec des copeaux de bois par exemple, ce qui présentera le double avantage de limiter la pousse des indésirables et espacer les arrosages.
  • Utiliser des couvre-sol, qui s’installeront entre les végétaux “principaux” et boucheront les trous, limitant là aussi le désherbage et le lessivage des sols.
  • Tonte différenciée : de plus en plus pratiquée dans les espaces publics et particulièrement adaptée aux grands jardins, le principe est de de tondre que des bandes d’herbe, qui constitueront des allées. Des graminées et des vivaces sauvages coloniseront vite les espaces laissés libres, pour le plus grand plaisir des yeux et le plus grand bonheur des insectes !
  • Choisissez une haie libre plutôt qu’une haie taillée au cordeau : elle prendra plus de place en largeur mais présentera un avantage esthétique indéniable. Vous pourriez même y intégrer des baies comestibles et des noisetiers 😉
  • Limitez l’engazonnement : la tonte du gazon est de loin l’activité la plus fastidieuse au jardin (nécessaire chaque semaine en pleine saison alors que les autres travaux de taille, plantation… sont plutôt ponctuels). Remplacez les zones enherbées par des massifs, allées, coins détente / repas…
  • Evitez les plantes annuelles, qui par nature doivent être replantées chaque année
  • Utilisez des légumes perpétuels au potager, qui se ressèmeront seuls

Vous souhaitez changer de style ? Vous vous êtes lassés de votre jardin ? Dans ce cas, ruez-vous sur la prochaine partie de l’article 🙂

Quel sera le style de mon jardin ?

Ici on cherche à donner de la cohérence au jardin, à créer un jardin “plutôt” campagnard, ou épuré, ou bien encore exotique. Bien entendu il n’y a aucune obligation à suivre à la lettre les codes de chacun de ces styles : ils sont simplement des points de repère et cela vous donnera des idées. Ne lésinez pas sur Pinterest 🙂 !

Jardin anglais : les jardin anglais ont traversé et on ne saurait en donner une définition claire en quelques mots. L’image d’Epinal du jardin anglais serait un jardin plutôt courbe, sauvage et foisonnant, un jardin au naturel (ce qui ne signifie en rien lassé à l’abandon !) C’est le jardin paysager par excellence, avec ses mixed-borders et rosiers luxuriants. Idéalement, il renferme un petit coin de jardin secret avec une table ronde et deux ou trois chaises.

Jardin contemporain : ce n’est pas un style à proprement dit mais on imagine plutôt un jardin minimaliste, très fonctionnel, avec des paillis minéraux, des tracés nets (pas forcément droits). Il y a rarement une fonction nourricière et nécessite souvent peu d’entretien. Il fait la part belle aux matériaux en jouant sur les contrastes avec le végétal (bois, béton…)

Jardin de campagne ou jardin champêtre : assez proche du jardin anglais, il partage avec lui son caractère foisonnant et naturel. On pourra y ajouter un potager et / ou un verger (pourquoi pas palissé) et une zone de jachère fleurie.

Rocaille : le substrat est composé d’une part importante de minéraux (sables, gravier, cailloux…) qui le rendent très drainant. Souvent composée de végétaux prostrés (développements dus à la rudesse de leur climat d’origine). Il existe deux types de rocaille, alpine (conifères, bruyères…) ou désertique (cactus, plantes grasses…), les deux étant assez sèches. En finition les minéraux devront aussi occuper une part importante de la surface du sol. Pour une rocaille originale, consultez Crevice garden : le dernier né des jardins de rocaille.

Jardin potager : nul besoin de le présenter, il accueille vos fruits et légumes préférés, sans oublier les fleurs bien entendu.

Jardin exotique : difficile à réaliser sous nos latitudes, il conviendra plutôt d’imiter ses codes en utilisant des feuillages volumineux, des fleurs conséquentes aux couleurs chaudes, voire en protégeant les végétaux du froid hivernal (bananiers, certains palmiers…)

Jardin zen : Là aussi, le minéral est très présent (sable, gravier, rochers…) et l’ambiance est plutôt minimaliste. On y retrouve des érables du japon, des niwakis (topiaires). A ne pas associer nécessairement au jardin japonais qui peut être un paysage à proprement dit, avec des arbres de très grande taille et une allure plus naturelle, bien que parfaitement entretenu.

Jardin ombre
Jardin d’ombre

Quelle sera la fonction du jardin ? Quelles activités aimerais-je y pratiquer ?

Pour vous aider à définir des zones, vous pouvez vous référer à notre article “Aménagement de jardin : bien définir les zones”

  • Prendre les repas : préférablement une zone ombragée pour les chaudes journées d’été, au sol dur, proche de la maison
  • Bassin aquatique : très agréable et génial pour la faune, mais pas si simple à réaliser
  • Aire de jeux / enfants : à ce sujet, vous pouvez vous référer à l’article “Créer un espace pour les enfants au jardin”
  • Potager / verger, qui pourra être palissé si vous manquez de place
  • Repos / détente : chaises longues, tables et chaises, bancs…

La question sous-jacente est la saison d’utilisation : toute l’année ? plutôt l’été ? Le choix des végétaux notamment en sera impacté ; certains font triste mine en hiver et il faudra donc utiliser des arbustes à feuillage persistant et des écorces colorées et texturées.

Quelles sont mes connaissances en jardin ? Combien de temps puis-je consacrer à son entretien ?

Tout s’apprend, n’en doutons pas. Cependant il vaut mieux y aller progressivement pour ne pas être esclave d’un extérieur qu’on finirait par avoir envie de massacrer 🙂 Le jardin doit procurer du plaisir et non générer des contraintes. Demandez-vous donc si vous avez des connaissances en jardin ou si vous être prêts à vous y investir (des fruitiers palissés ou des topiaires par exemple demanderont une certaine maîtrise de la taille).

Dans la même logique, une fois la création faite il va falloir entretenir le jardin : combien de temps allez-vous consacrer à l’entretien de votre jardin ? De quelques heures par semaine à l’entretien par une entreprise du paysage, la question n’est pas neutre.

Jardin de rocaille
Rocaille intégrant un petit bassin

Quelles sont les caractéristiques de mon jardin ?

Une question fondamentale, car de l’emplacement des végétaux dépendra leur bon développement. Exposition nord, sud, est ou ouest ? La réponse est sûrement multiple, votre maison ayant plusieurs faces. L’exposition va jouer sur l’ensoleillement et l’humidité des différentes zones, faisant grandement varier les températures.

Le jardin est-il protégé du vent ? Certains végétaux fragiles ne supporteront pas d’être dans un courent d’air, d’autant plus s’il est froid.

Quel est le type de sol ? Plutôt acide, calcaire ou neutre ? Argileux ? Sableux ? Sec ou humide ?

Des kits d’analyse de terre vous permettront de déterminer la nature de votre sol. Sinon, il y a toujours le test du bocal 🙂

Quels matériaux sont déjà en place ? Quels sont mes souhaits ?

Le principe est avant tout de rester cohérent avec :

  1. les matériaux existants (si vous n’avez pas choisi de tout remplacer) : autant que possible de privilégier des matériaux locaux
  2. le style de votre maison : elle est le point de départ du jardin
  • Brique : typique du jardin de cottage anglais !
  • Béton : pour une touche contemporaine, il est bon marché et se prête à toutes les formes
  • Gravier : prévoyez un géo-textile ou attendez-vous à un désherbage régulier
  • Bois : privilégiez l’acacia qui tient de nombreuses années
  • Pierre : naturelle ou reconstituée (plus abordable)

Quelles couleurs dominantes aimerais-je retrouver ?

Attention aux règles toutes faites à ce sujet : les contre-exemples font florès dans les jardins et c’est avant-tout une affaire de goût. Si vous êtes perdus, les règles établies constituent en revanche une bonne base. On parle le plus souvent de couleurs complémentaires (vert et rouge par exemple) ; leur association permet de rehausser un tableau végétal et donne du dynamisme, et de couleurs analogues (rose et mauve par exemple) utilisées préférablement en dégradé ; leur association donnera de l’harmonie et de la douceur. Les monochromes enfin peuvent être très élégants mais moins faciles à mettre en scène qu’il n’y parait.

Une fois toutes que vous aurez répondu à ces questions, vous serez prêts à passer à la deuxième étape : Comment créer un jardin à partir de zéro ?

One thought on “Concevoir son jardin : quelques questions avant de se lancer”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.